Skip to content

18

2010/05/31

Il y a des sujets dont on ne parle pas, ici. Il ne s’agît pas seulement des opinions politiques.
Je m’explique.
Souvent, les weekend (et aussi en semaine, mais plus rarement), un très grand nombre de parents (proches ou lointains), amis, voisins ou personnes solidaires avons à réaliser de très longs trajets pour rendre visite à nos prisonniers politiques. Ceux-ci (les prisonniers) sont tellement nombreux qu’il n’est pas farfelu de penser que, quotidiennement, je croise dans la rue quelques inconnus ayant pris la même “habitude” que moi. Parfois, lorsque le hasard (et notre perception) jouent à notre faveur certains indices nous permettent de nous identifier. A ce moment là, et après quelques phrases de courtoisie ( le procédé est parfois très amusant), la chose va de soi, du style:
“… ah, ton oncle est en Andalousie!, et bien mon cousin vient d’être transféré là-bas…”
Mais le plus souvent la situation est inverse et, lorsque nous supposons que l’autre ne veut pas côtoyer la même réalité, tout sujet de conversation pouvant aboutir à ce point est évité avec une grande habileté.
Cependant des accidents se produisent.
Cela se passe ainsi, par exemple.
J’ai une collègue de travail qui a le défaut de faire souvent la concierge (marikutzu). Un jour, elle me voit à l’ordinateur, fouillant dans le net parmi les sites du SNCF, Air France, Métro de Paris, RER etc., et sans y réfléchir une seconde (elle qui sait parfaitement que mon frère est un combattant qui a été fait prisonnier récemment) me dit: “…oh-la-la!, alors comme ça, tu vas à Paris pour le weekend?…, c’est génial! Tu vas à Eurodisney ou quelque chose comme ça, avec les enfants?…”
Je lui réponds aimable et sincèrement que non, que je vais rendre visite à mon frère qui est détenu près de Paris. Tout à coup, expression de surprise, les yeux comme des billes, elle se rend compte qu’elle a pioché la mauvaise question, que ce sujet ne lui convient pas et cherche dans le plafond une issue à la conversation…
C’est le tabou brisé.
Je pense que pour beaucoup de gens c’est difficile de vivre et d’admettre beaucoup de choses dérangeantes. Par exemple de partager rien que les sentiments d’une mère qui va visiter sa fille tous les weekend (une jeune qui accomplît 15 ans de prison ferme accusée d’avoir brûlé une benne à ordures lors d’une manifestation). C’est une réalité. C’est comme si cela les obligeait à partager le reste des opinions qu’a cette personne (chose complètement absurde). Je vois comment ces gens évitent aussi ces sujets car bien qu’ils considèrent cette politique cruelle, dans quelques cas ils la tolèrent ou l’approuvent, comme c’est le cas avec la politique de dispersion qui s’acharne sur les parents des prisonniers, ou bien la torture et la condamnation à perpétuité (qui, techniquement, s’applique en état espagnol).
Finalement, il ne faut pas oublier que toute expression publique dénonçant la politique pénitentiaire (exhibition de photos de prisonniers), la torture, l’infraction des droits des détenus…, ou toute explication du pourquoi de la lutte armée est susceptible d’être considérée comme collaboration avec organisation terroriste donc pouvant être sanctionnée avec de fortes amendes et longues peines de prison ferme… mais là il ne s’agît plus de tabous.

There are some topics which are never mentioned here, and I’m not only talking about political ideas. I mean…
Both at the weekends and during the week (although it is not so usual), a great amount of near and not so relatives, friends, neighbours and solidary people often have to travel long to visit our political prisoners. These ones (that is, prisoners) are so many that it’s not crazy to think that I usually walk along near strangers who normally do the same as me. Sometimes, when we stare at each other by chance, some signs help us identify one another. It’s only then, after some polite sentences (often very funny as well), when a fluid dialogue starts between us: “…so your uncle is in Andalusia?…my cousin has just been moved there…”
That’s not the usual situation, but the opposite. When we know this reality is not confortable for the others, any kind of conversation about this topic is avoided with great ability.
However, “accidents” may happen, and it works like this:
I’ve got a workmate who loves gossiping about everything. One day, she saw me sailing into the web (SNCF,Air France, Paris underground, RER…) and , at once, she told me:
“Oh! you’re going to Paris for the weekend, aren’t you? Great! Are you going to bring your children to Eurodisney, or so ?”
But she perfectly knows that my brother is a
struggler who has recently been sent to prison.
I was as kind and true as I could and told her that I was going to visit my brother in a prison near Paris. Suddenly…SURPRISE!!! with eyes wide open she realised that she had made the wrong question, she didn’t feel confortable and started looking for an answer up in the ceiling. TABOO.
For many people, it’s so difficult to live and admit disturbing situations such as the feelings of a mother who weekly visits her daughter (a girl who has been sent to prison for 15 years because of burning a container during a demonstration). It is a reality, but some people feel as if they were forced to share the rest of the opinions… (it’s ridiculous!).
I can also see people who avoid these topics because in some cases, they tolerate and admit this cruel policy, although they don’t always agree with it. This is the matter which affects prisoners’ families: the scattering policy, torture or life imprisonment , which technically exist in Spain.
Finally, we can’t forget that any kind of public demonstration (such as showing prisoners’ photos) which denounces imprisonment policy, torture, prisoners’ rights vulnerability…, or even an explanation for the reasons of armed struggle, is considered as collaboration with terrorist organization, and punished with great fines and long stays in prison… but that is not a taboo any more.

Advertisements
No comments yet

Utzi erantzun bat

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Aldatu )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Aldatu )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Aldatu )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Aldatu )

Connecting to %s

%d bloggers like this: